top of page
DSCF1637-light.webp

L’aromathérapie: la puissance des huiles essentielles

L’aromathérapie exploite les propriétés naturelles des plantes dites aromatiques pour améliorer le bien-être physique et psychique.


Pouvant être diffusées dans l’air, appliquées sur la peau ou encore inhalées, les huiles essentielles étaient déjà utilisées durant l’Antiquité à des fins de cosmétique, en application médicinale ou lors de rituels religieux. C’est le chimiste français René-Maurice Gattefossé qui a popularisé le terme d’aromathérapie au début du XXe siècle. Depuis, cette thérapie devient largement connue et appréciée de la population.

 

L’extraction

La distillation par entraînement à la vapeur d’eau permet d’obtenir l’huile essentielle, ainsi que l’hydrolat. Grâce à l’alambic, l’évaporation de l’eau va entraîner les molécules d’huiles essentielles avec elle en passant à travers les plantes aromatiques. Il résulte de ce processus d’une part l’hydrolat, en grande proportion dans le bas du récipient, et d’autre part l’huile essentielle, présente en fine couche au-dessus de la partie aqueuse.

 

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’huile essentielle ne contient que des composés volatils et aucun acide gras, bien que cette dernière soit liposoluble. L’huile essentielle ne se dilue pas dans l’eau, mais dans un solvant comme de l’huile ou encore de l’alcool. L’huile essentielle est un véritable concentré de principes actifs.

 

Quant à l’hydrolat, il représente la partie aqueuse des produits de la distillation. Souvent considéré comme produit secondaire de l’extraction, il peut s’avérer très intéressant, notamment en cosmétique, mais également dans le domaine du bien-être. Désormais, l’hydrolat est utilisé par exemple pour aromatiser des eaux de boisson.

 

Prudence de mise

L’aromathérapie offre de multiples voies d’applications. En effet, les huiles essentielles peuvent être inhalées, diffusées dans l’air ou diluées avant d’être appliquées sur la peau et les muqueuses. Le pourcentage de dilution est très important. Il est possible également de les ingérer, mais cette voie d’application n’est pas sans risque. En effet, l’huile essentielle présente une forte toxicité déjà à faible dose. La prudence est de mise et le conseil d’un spécialiste est indispensable. Une attention toute particulière sera accordée aux enfants, aux femmes enceintes ou qui allaitent. Des interactions peuvent survenir avec certains médicaments.

 

De vielles croyances populaires poussent à croire qu’il faut ingérer quelque chose pour que le remède soit efficace, mais cela n’est pas toujours le cas. En fonction du trouble, la voie cutanée peut s’avérer tout aussi intéressante. Cela s’explique simplement par un phénomène physiologique, les huiles essentielles pouvant aisément traverser la barrière cutanée pour se retrouver rapidement dans la voie sanguine. Alors que dans le cas de l’huile essentielle ingérée, celle-ci devra être métabolisée par le système digestif avant de pouvoir déployer son effet.

Comments


bottom of page